Pont-de-l'Arche - La rue André-Antoine


Publié le 12/03/2018  | Passé / présent |

La réclame est bien présente sur les murs de plâtre de la mercerie À la ville de Pont-de-l'Arche. Un enfant au milieu de la rue joue avec un cerclage en fer pour tonneau en guise de cerceau, un des célèbres jeux en vogue au début du XXe siècle. La vitrine du café-tabac expose des cartes postales, justement ! Le changement le plus frappant est l'irruption de l'automobile et la protection des piétons par rapport à ce danger. Pour contrecarrer la prédominance de la voiture, la municipalité de Paulette Lecureux (1989-2001) décida de réhabiliter le pavé pour redonner à la ville son charme du temps où la marche à pied tenait le haut du pavé... C'est en 1945 que la rue de l'église prit le nom d'André Antoine. Les élus décidèrent d'honorer la mémoire du jeune martyr résistant. Il adhéra très tôt au Front national (mouvement de tendance communiste sans lien avec l'extrême-droite donc) où il fut promu au grade de lieutenant colonel dans la région de Bernay. En juillet 1943 il adhéra au réseau appelé Résistance et en devint le chef régional. Malheureusement, André Antoine fut démasqué par l'occupant nazi en janvier 1944. Torturé par la Gestapo à Rouen, il ne donna aucun nom de résistant à ses bourreaux.

 

La réclame est bien présente sur les murs de plâtre de la mercerie À la ville de Pont-de-l'Arche. Un enfant au milieu de la rue joue avec un cerclage en fer pour tonneau en guise de cerceau, un des célèbres jeux en vogue au début du XXe siècle. La vitrine du café-tabac expose des cartes postales, justement ! Le changement le plus frappant est l'irruption de l'automobile et la protection des piétons par rapport à ce danger. Pour contrecarrer la prédominance de la voiture, la municipalité de Paulette Lecureux (1989-2001) décida de réhabiliter le pavé pour redonner à la ville son charme du temps où la marche à pied tenait le haut du pavé... C'est en 1945 que la rue de l'église prit le nom d'André Antoine. Les élus décidèrent d'honorer la mémoire du jeune martyr résistant. Il adhéra très tôt au Front national (mouvement de tendance communiste sans lien avec l'extrême-droite donc) où il fut promu au grade de lieutenant colonel dans la région de Bernay. En juillet 1943 il adhéra au réseau appelé Résistance et en devint le chef régional. Malheureusement, André Antoine fut démasqué par l'occupant nazi en janvier 1944. Torturé par la Gestapo à Rouen, il ne donna aucun nom de résistant à ses bourreaux.

 

Passé / présent par années