Souscription : "Le grison"


Publié le 10/02/2012  | Actualités |

C’EST UNE PIERRE BIEN ETRANGE CE GRISON…

Mais est-ce vraiment une pierre ? Une brèche ingrate, un cailloutis de silex lié par un ciment ferrugineux. Rien là qui fasse rêver des bâtisseurs. On serait bien en peine d’en trouver les carrières, elles n’existent pas. C’est juste un niveau induré, engendré ici ou là, presque au ras du sol, par le caprice des eaux d’infiltration. Et pourtant, en Normandie ou dans le Perche et jusqu’aux confins de la Beauce, le grison s’est bâti un terroir. Peut-être les ferrons antiques en ont-ils fait le minerai de leurs forges. Mais c’est là une autre histoire… Peut-être le grison s’est-il révélé, autour de l’an mil, alors que de nouveaux paysages naissaient sous la pioche des défricheurs. Paroisses rurales ou villes nouvelles, partout le pays se couvrait alors de chantiers de construction. La pierre à bâtir était rare et circulait peu. Et les maîtres maçons avaient d’immenses besoins. Alors commença la grande aventure du grison… De siècles triomphants en rebondissements, elle dura près de mille ans. Vastes églises romanes, chapelles innombrables, remparts, tours et donjons : du XIe au XIIIe s., voici la grande époque du grison. La Renaissance en fit surtout un matériau de décors, intégrant ses chaudes teintes rousses à des jeux de pierre, bandeaux et damiers, alors très en vogue. Et au XIXe s. encore, la redécouverte de l’architecture médiévale remit un temps le grison à l’honneur. La géologie, la pédologie, l’archéologie, l’architecture et l’histoire se sont associées pour nous conter cette longue chronique des pierres.

AU SOMMAIRE

  • Coup d’œil sur l’histoire géologique
  • La pierre de grison (gisements, aspects, mode de formation)
  • Il y a grison et grison (d’autres pierres nommées grison)
  • Le grison fut-il un minerai de fer ?
  • Les autres matériaux du bâti (craie, silex, grès, travertins, calcaires lacustres et pierre de l’Oise, etc.)
  • Extension régionale et inventaire des sites bâtis utilisant le grison
  • Le grison dans l’histoire de l’architecture : les textes et les pierres
  • Itinéraire de découvertes sur une Route du grison
  • Conclusion

LES AUTEURS

Christian MONTENAT, géologue, a été directeur de recherche au CNRS et directeur de l’Institut géologique Albert-de-Lapparent (IGAL).
Astrid LEMOINE-DESCOURTIEUX, docteur en Histoire, chercheur associé au G.R.His., Université de Rouen.
Nicolas WASYLYSZYN, archéologue, membre associé du Centre de Recherches Archéologiques et Historiques, Anciennes et Médiévales UMR 6273 (CNRS, Université de Caen).
Avec la collaboration de Pierre DURAND, membre de l’AMSE, délégué du canton de Verneuil ; Gérard LEPOINT, membre de l’AMSE et Marie-Laure GUIHO-MONTENAT.

Actualités par années