Glossaire

Cadran solaire: Les cadrans solaires ont réglé la vie active de nos anciens dans les jours ensoleillés. On en voit encore souvent sur le mur sud de nos églises. Ils sont gravés dans la pierre, à plat, en relief, simples, décorés, en angle à deux faces, semi-circulaires, semi-sphériques, horizontaux, déclinants, verticaux... Ils sont composés d'une table et d'une tige appelée style ou gnomon.

Calice: Vase sacré en métal précieux, en cuivre ou même en étain, destiné au vin consacré à la messe.

Calvaire: C'est la représentation de la Passion du Christ. Croix monumentale portant le corps du Christ, supportant souvent la Vierge et St-Jean et parfois d'autres personnages de la Passion. Il est situé souvent à l'entrée du chœur, ou devant l'église, parfois encore au bord d'une route. Accompagné de la Vierge et de St Jean et placé sur une poutre, l'ensemble est désigné par le terme "poutre de gloire". En Bretagne les calvaires sont de véritables monuments avec de nombreux personnages.

Campanile: Désigne un clocher isolé, ou encore un petit édifice ouvert (campenard) situé au sommet d'une église et supportant une ou plusieurs cloches. Désigne également une tourelle surmontant un édifice civil.

Candélabre: Motif ornemental et vertical, très courant au 16ème siècle, composé de vases superposés d'où sortent des branches stylisées symétriques, animées parfois d'animaux fantastiques.

Cannelure: Longs canaux verticaux et parallèles creusés sur le fût de colonnes ou de pilastres.

Capitulaire: Désigne la salle où se réunit le chapitre de chanoines ou de moines. Désigne également tout ce qui est relatif à ces assemblées.

Carton: Le carton désigne le dessin préparatoire en grandeur réelle d'un vitrail, d'une peinture ou d'une fresque.

Cartouche: Ornement sculpté ou dessiné, en forme de carte à demi déroulée, et, par extension, tout ornement entouré de vide destiné à recevoir une inscription, une devise ou des armoiries.

Cathédrale: Eglise principale du diocèse où se trouve le siège de l'évêque, la cathèdre.

Cathèdre: La cathèdre est le siège d’où l’évêque préside les cérémonies. C’est ainsi qu’une église dans laquelle se trouve la cathèdre de l’évêque prend le titre de cathédrale, ecclesia cathedralis. La cathèdre est le signe de la fonction.

Cave: Située en sous-sol des maisons, la cave elle est souvent un témoignage de l'habitat ancien car elle a peu subi les destructions des siècles passés. Elle peut être construite ou troglodyte. Elle peut également être voutée, sur un, deux, voire trois étages et réserve parfois de belles surprises.

Cénotaphe: Monument à la mémoire d'une personne, d'un groupe, et dont la forme rappelle un tombeau. (Ne contient pas de corps).

Céphalophore: Qui porte sa tête - Se dit de représentations de saints ayant eu la tête coupée et montrés portant leur tête dans leurs mains, Saint Denis en particulier. Noter qu'un personnage portant uniquement sa calotte crânienne sera dénommé craniphore.

Céroféraire: Qui porte les cierges. Dans la statuaire il est fréquent de voir des anges représentés portant un cierge. Ils sont dits céroféraires.

Chaînage: Dans un mur,assemblage vertical d'un appareil plus résistant que les maçonneries voisines et qui en assure le maintien.

Chaire: Tribune fréquemment surmontée d'un abat-voix (dais rabattant la voix du prédicateur vers les fidèles) et comportant souvent de belles ornementations.Elle se trouve généralement au milieu de la nef, le long d'un mur ou d'un pilier, pour que le prédicateur puisse être entendu par le plus de monde possible. Elle est généralement en bois mais on en trouve quelques-unes en fer.

Chancel: Désigne la grille ou balustrade séparant le chœur et la nef d'une église. Sa forme peut être très variable ainsi que les matériaux (fer forgé, pierre, bois ...)

Chandelier: Support de cierge en bois, en cuivre et parfois en argent. Le chandelier pascal est souvent monumental (destiné au cierge bénit la nuit de Pâques).

Chape: Long vêtement de cérémonie ouvert sur le devant, généralement de forme semi-circulaire, porté par-dessus tous les autres et servant pour les messes pontificales et d'autres cérémonies solennelles. La chape peut être portée par tous les clercs, du pape au simple chantre. A l'origine elle pouvait porter un capuchon. Elle est souvent bordée sur le devant d'un galon portant parfois un décor et appelé orfroi.

Chaperon: A l'origine coiffure pour se protéger de la pluie, c'est une pièce de drap ou de velours de couleurs variées devenue l'insigne des confréries de charité. Porté en bandoulière, il est particulier à chacun et indique souvent la fonction du confrère.

Chapier: Le meuble spécial destiné aux chapes. Il peut être apparenté à un penderie. Ce peut également être un meuble à tiroirs pivotants en demi-cercle, épousant ainsi la forme de la chape.

Chapiteau: Pierre ornée couronnant une colonne ou un pilier. Les chapiteaux romans, très variés, méritent toujours l'attention. Ils sont généralement décorés : feuilles d'acanthe, animaux, scènes historiées.

Charpente à roue: Type de charpente que l'on trouve principalement dans les colombiers, les moulins ou toute construction de forme ronde. Elle est faite d'un assemblage de poutres taillées en arc, constituant un cercle, reliées à une poutre poinçon (verticale) par des traverses disposées en rayons de roue.

Châsse: Coffre contenant les reliques d'un saint. Les châsses sont souvent à décor architectural et sculptural et sont représentatives de leur époque. Ce sont de véritables œuvres d'orfèvrerie.

Chasuble: Vêtement liturgique du prêtre à la messe. Ouvert sur les côtés il s'enfile par la tête. Elle est généralement ornée de motifs formés par un galon ou un tissus différent délimité par un galon. En France ces motifs dessinent au dos une croix, sur le devant une bande verticale. Sa couleur varie en fonction du temps liturgique.

Chéneau: Conduit en pierre, en terre cuite ou en métal collectant les eaux à la base de la toiture, des combles ou entre deux versants, pour en permettre l'évacuation par les tuyaux de descente ou les gargouilles.

Chevet: Partie externe du chœur d'une église. De forme généralement arrondie à la période romane, plate au XIIIe siècle, il peut aussi comporter trois ou plusieurs pans. Il est souvent percé de trois fenêtres. En plan il représente la partie supérieure de la croix sur laquelle reposa le Christ.

Chevron: Charpente : Pièce de bois qui supporte le lattis et les matériaux de couverture. Un chevron-formant-ferme désigne un type de charpente dans laquelle chaque chevron est assemblé à des pièces de raidissement pour constituer une ferme. S'oppose au type de la ferme et panne où les chevrons sont indépendants, portés par des pannes, et ne constituent pas une série de fermes successives.

Choeur: Partie de l'église où se trouve l'autel située entre l'abside et la nef. Le chœur est à partir du XIII° siècle séparé de la nef ou de la croisée des transepts par un jubé (en pierre ou en métal). Il est souvent entouré du déambulatoire dans certaines églises et les cathédrales.

Ciboire: Vase sacré contenant la réserve eucharistique après la messe. En métal précieux, certains remontent au XVe siècle . Lorsqu'il contient des hosties consacrées il est recouvert d'une pièce d'étoffe généralement en soie blanche, en drap d'argent ou en drap d'or, appelée pavillon de ciboire.

Ciborium: Baldaquin qui recouvrait le tabernacle du maître-autel dans les basiliques et églises chrétiennes.

Cintre: Courbure de la surface intérieure d'une voûte ou d'un arc. Un arc en plein cintre a une courbure régulière et ne comporte aucune brisure.

Claveau: Pierre taillée en coin utilisée dans la construction d'un arc, d'une voûte. Les faces d'un claveau : extrados, intrados, lit, tête. Le claveau qui occupe le centre d'un arc se dit la clef ; ceux qui l'avoisinent les contre-clefs ; ceux qui reposent sur les pieds-droits sont dits sommiers.

Clef de voûte: Pierre en forme de coin. Elle est placée à l'intersection des nervures qui soutiennent une voûte. Elle peut être pendante (très beaux exemples dans l'église de Tillières).

Cloches: Nos églises conservent beaucoup de cloches anciennes. Leurs inscriptions sont toujours intéressantes pour l'histoire locale. Elles sont "baptisées" et portent généralement le nom du parrain ou de la marraine, ou encore d'un donateur.

Clocheton: Petit clocher. Il orne généralement la base d'une flêche (Cathédrale de Rouen), ou les angles d'un bâtiment. Il peut être en pierre ou en métal.

Cloître: Du latin : claustrum = enceinte. Lieu situé à l'intérieur d'un monastère, composé de quatre côtés, entouré dans la plupart des cas d'une galerie couverte à colonnes. Le cloître était interdit aux profanes. C'est un lieu de méditation et également un lieu de passage car il dessert souvent les principaux lieux de rassemblement de la communauté (réfectoire, chapelle, salle capitulaire).

Colombage: Ossature apparente de bois comblée de matériaux léger. Les colombages n'étaient pas toujours apparents, ils étaient alors recouverts de plâtre ou de mortier à la chaux pour les protéger du feu. Dans un colombage un poteau vertical est dénommé colombe.

Colombier: Edifice destiné à loger les pigeons. On en trouvait dans l'antiquité, mais ce n'est qu'avec l'occupation romaine qu'ils apparaissent en France. Le département en possède de nombreux. Patrimoine privé, ils font l'objet de restaurations. Leur forme est généralement circulaire, ou également octogonale. A l'intérieur les boulins où se tiennent les pigeons. Une échelle montée sur un axe central se déplace tout autour afin de pouvoir atteindre tous les boulins.

Colonne: Pilier généralement cylindrique. Elle est dite adossée lorsqu'une petite partie du fut est prise dans la maçonnerie d'un mur, engagée lorsque la moitié est prise, cantonnée dans un angle, fasciculée lorsqu'elle forme un faisceau, torse lorsque le fut est contourné en spirale. Elle est composée de trois parties : base, fût et chapiteau.

Comble: Partie d'un édifice correspondant à la hauteur du toit.

Confessionnal: Le confessionnal est composé d'une loge centrale munie d'une porte, pour le prêtre, et de deux loges de pénitents. Le plus souvent traitées en pan coupé, elles sont garnies d'un agenouilloir, d'une tablette et ferment par un rideau. Meuble utilisé pour la confession des fidèles depuis le XVIe siècle.

Confrérie: Association pieuse de laïcs basée sur les principes chrétiens de fraternité et de solidarité. Les confréries de charité, dont l'histoire remonte au début du 2ème millénaire, étaient nombreuses dans notre département et certaines sont toujours actives. Elles assuraient l'inhumation des démunis. Chaque confrérie a ses propres ornements, dont la bannière et le bâton de chariton.

Conopée: Le conopée est un voile recouvrant le tabernacle qui conserve la réserve eucharistique. Il est blanc, en drap d'or ou d'argent ou bien encore de la couleur du temps liturgique, à l'exception du noir qui est remplacé par le violet ou le rouge.

Console: Socle sur lequel repose une statue. Également support d'une ogive quand elle ne retombe pas sur une colonne. Architecture : ensemble formé d'une ou plusieurs assises en pierre ancrées dans la maçonnerie et disposées en ressaut les unes sur les autres afin de porte échauguettes, bretèches et machicoulis en encorbellement.

Contrapposto: Mot italien désignant l'attitude d'une figure appuyée sur une jambe, l'autre étant légèrement fléchie ("hanchement" en français).

Contrefort: Elément de maçonnerie faisant saillie sur un mur, sous forme de pilier et destiné à le renforcer.

Corbeau: Élément saillant du mur soutenant une poutre ou une corniche. Il n'a pas de fonction décorative.

Corbeille: Partie principale du chapiteau.

Cordelière: Corde à plusieurs noeuds que les religieux et religieuses de St-François portent autour du corps. Espèce de collier que l'on mettait autour des armoiries et particulièrement des armoiries des veuves et des filles, pour marquer la dévotion à saint François d'Assise. En architecture, bois ou pierre sculptés en forme de corde.

Corniche: Partie saillante qui couronne un édifice, destinée à protéger de la pluie les parties sous-jacentes. Voir aussi : larmier.

Corporal: C'est un linge blanc, sacré et bénit, en lin ou en chanvre, généralement de forme carrée, que l'on place sur un autel pendant la messe et sur lequel repose tout vase contenant le saint sacrement.

Couleurs liturgiques: L'usage de couleurs dans la liturgie est réglementé depuis le traité d'Innocent III (1198-1216)mais son application généralisée ne date vraiment que du XIVème siècle. Le vert sert pour les cérémonies et fêtes du Temps ordinaire. Le noir est la couleur obligatoire du deuil. Le violet est aussi couleur de deuil et remplace le noir depuis Vatican II. Le rouge, matérialisé par les langues de feu de la Pentecôte et le sang du sacrifice est la couleur des cérémonies du Saint Esprit. Il sert aussi pour les fêtes des martyrs. Le blanc symbolise la pureté, la lumière, la joie. C'est la couleur de la fête. L'or n'est pas une couleur liturgique mais peut remplacer le rouge, le vert et le blanc.

Coupole: Voûte hémisphérique élevée sur un plan circulaire, carré, hexagonal, octogonal ou elliptique.

Courtine: Mur reliant deux tours.

Coussiège: Banc inséré dans l'embrasure d'une fenêtre par un ressaut de la baie. Forme très courante dans les constructions médiévales. Il permettait de profiter pleinement de la lumière extérieure pour la lecture ou les petits travaux.

Coyau: Petite pièce de bois inclinée placée en partie inférieure d'un chevron, à l'extérieur du comble, pour adoucir la pente de la base d'une toiture.

Crèche: A l'origine ce mot désignait la mangeoire, le râtelier pour les animaux dans une bergerie. Jésus fut placé dans une crèche à sa naissance dans l'étable de Bethléem. Il désigne maintenant le petit édifice représentant l'étable et est exposé dans les églises et les maisons au moment de Noël. On trouve dans certaines églises une crèche fixe et permanente.

Crochet: Élément décoratif en forme de crosse végétale ou de bourgeon recourbé, employé dans l'art gothique.

Croix de consécration: Croix peinte, gravée, sculptée ou posée sur les murs des églises lors de la cérémonie de consécration. Elles sont au nombre de douze.

Croix pattée: Croix dont les extrémités s'évasent.

Crucifix: Chaque autel comporte l'effigie du Christ en croix. Parfois la croix monumentale provient de l'ancienne poutre de gloire et remplace, dans le retable du maître-autel, une peinture. Il y a quelques crucifix en bois sculpté, en métal ciselé. Beaucoup sont des oeuvres sans valeur du XIXe siècle.

Crypte: Chapelle souterraine aménagée pour recevoir les reliques d'un saint, sous une église, presque toujours sous le chœur. Aussi appelée "confession".

Cul de four: Voûte en forme de quart de sphère ou demi coupole.

Cul de lampe: Pierre saillante en forme de cône ou pyramide renversée qui sert à supporter une base de colonne, la retombée d'un arc, des nervures de voûte, une statue. En typographie : ornement triangulaire placé en bas d'une page de fin de chapitre ou de livre.

Culée: Pilier ou pile. Maçonnerie de renfort pour contenir la poussée d'un arc ou d'une voûte.